Accueil du site
Accueil / Les frères Champollion / Jacques-Joseph Champollion-Figeac
Votre barre d'outils Diminuer la taille de la police (petite).Augmenter la taille de la police (grande).Augmenter les contrastes en inversant les couleurs.La mise en forme courante correspond à celle par défaut. Pour imprimer le document, utilisez les fonctionnalités de votre navigateur. Envoyer à un ami

Les frères Champollion

Jacques-Joseph Champollion-Figeac (1778-1867)

Frère aîné du célèbre égyptologue, Champollion-Figeac est aussi, comme il se définit lui-même, "son père, son maître, son élève".

Une passion précoce pour les lettres et l'archéologie

Portrait de Jacques-Joseph Champollion-FigeacJacques-Joseph arrive à Grenoble à la fin de la Révolution, assoiffé de savoir et de réussite. Il étudie les lettres, le latin et la rhétorique. Grand admirateur de Bonaparte, il s'intéresse déjà à l'égyptologie mais en 1798, sa candidature à l'expédition d'Egypte est rejetée.

En 1802, il devient le bras droit du nouveau préfet de l'Isère et ancien de la campagne d'Egypte, Joseph Fourier. Il collabore avec lui à la rédaction de la préface de "La Description de l'Egypte".

Un membre éminent de la société savante grenobloise

C'est lui qui révèle au monde savant l'existence de la crypte Saint-Oyand dans son mémoire sur Saint-Laurent de Grenoble, "Dissertation sur un monument souterrain existant à Grenoble" (1803). Dès 1805, Champollion-Figeac jouit d'une certaine réputation dans la région grenobloise. Il est accueilli par la Société des sciences et des arts de Grenoble. Intéressé par l'épigraphie, son ouvrage "Antiquités de Grenoble" montre sa méthode fondée sur les textes romains et la tradition historiographique.

Professeur de littérature grecque à l'université de Grenoble en 1809, conservateur en chef de la bibliothèque en 1812, puis membre correspondant de l'Institut de France, il fait partie des notables. Il édite plusieurs textes historiques sur le Dauphiné et l'Isère et devient rédacteur des "Annales de l'Isère".

Une carrière marquée par la vie politique du XIXe siècle

JJ Champollion-Figeac, portrait peint par Mme de RumillyLa vie et l'œuvre de Champollion-Figeac sont profondément marquées par l'évolution politique de la France. Après la traversée des Alpes de Napoléon, Champollion-Figeac accueille l'Empereur en Dauphiné et il est fait chevalier de la Légion d'honneur. A cause de son soutien à l'Empire, il est destitué de ses fonctions en 1816 et assigné à résidence à Figeac pendant un an.

Mais Jacques-Joseph rebondit vite. A Paris, il devient le secrétaire particulier de Dacier à l'Institut de France, rédige ses discours et partage ses travaux. En 1820, il est nommé conservateur des Manuscrits modernes à la Bibliothèque royale. Il est alors chargé du cabinet des chartes avant de réformer l'école du même nom.

La poursuite des travaux de son frère

JJ Champollion-Figeac âgé (photo)Toute sa vie, Champollion-Figeac prépare et édite les travaux de son frère, l'aidant avec les références classiques et travaillant sur la chronologie. A la mort prématurée de Jean-François, il publie les nombreux manuscrits en attente : "Les Monuments de l'Egypte et la Nubie", la "Grammaire égyptienne" et le "Dictionnaire égyptien".
Il devient le grand vulgarisateur de l'histoire de l'Egypte avec ses propres publications, "L'Obélisque de Louqsor" et "L'Egypte ancienne".

Mais la Révolution de 1848 le frappe durement. Il est accusé de malversations par une cabale et expulsé de son logement de fonction. C'est le temps de l'amertume et de la tristesse. En 1852, un poste de consolation lui est attribué à la bibliothèque du palais de Fontainebleau où son fils Aimé débute une belle carrière de chartiste.

 

Sources :
C.O. Carbonell, "L'Autre Champollion : Jacques-Joseph Champollion-Figeac (1778-1867)", 1984
A. Cayol-Gerin, "Champollion, du Dauphiné à l'Egypte", 2004
M. Barbier, "Champollion-Figeac, Jacques-Joseph", site web de l'INHA, 2009

Partager cette page  

A télécharger

Biographie publiée par l'Institut National d'Histoire de l'Art (pdf)